Rechercher
  • Whosbasma

Études, Alternance & Entretiens : Les mots clé d'un étudiant

Mis à jour : mai 22




Comment bien choisir son orientation ? C'est une question à laquelle très jeune nous sommes confrontés. Le plus souvent cette phase cruciale s'impose à la fin du Bac, pour le choix des études supérieures. Mais comment choisir quelque chose que nous ferons pendant plusieurs années voire toute notre vie quand parfois nous ne savons même pas quoi faire de notre week-end ?


La société nous impose ce choix décisif pour notre avenir afin qu'on puisse s'insérer professionnellement, comme l'ont fait les générations passées. J'ai toujours admiré ceux dont la vocation a été comme une évidence. Ces personnes dont le métier relève d'une passion remontant à l'enfance. Personnellement, et comme une grande majorité d'individus, j'ai eu envie d'exercer différents métiers, que ce soit institutrice, volcanologue ou encore avocate. Mais très jeune, j'ai compris que j'étais une littéraire. Passionnée de lecture, de français et d'histoire, j'ai, petit à petit dessiné le chemin que je voulais prendre. Des doutes et des remises en question ont été nécessaire. Cependant, encore maintenant, malgré des années de réflexion, je ne peux affirmer être sûre d'avoir pris le bon chemin, car au fond, j'ai encore quelques doutes quant à mon objectif professionnel.


Passer un Bac L était une évidence. Continuer avec une licence LEA (langues étrangères appliquées), un choix. Un choix pris en éliminant les cursus que je ne voulais pas suivre.

Très souvent, c'est au moment des études supérieures où on déchante vite. On se rend compte que la formation qu'on a décidé de suivre ne correspond finalement pas à nos attentes. On peut constater et pour l'avoir également remarqué, un fort taux d'étudiants absents en première année de faculté. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'ils ont pris conscience de la réalité. Le choix des études se fait souvent de manière irréfléchie. Il suffit que les amis aillent en Droit pour faire de même ou qu'ayant simplement idéalisé un métier, on veuille en suivre la formation dédiée. Mais la réalité est toute autre ! On ne peut pas vraiment dire que le jeune bachelier soit préparé à la transition lycée-fac.


En effet, une fois les études secondaires terminées, on doit faire face à un système totalement différent où l'autonomie et la rigueur sont les mots d'ordre. On peut très vite perdre tout repère, d'autant plus si on se rend compte qu'on n'aime pas le cursus choisi. Il est donc important de faire le point sur vos envies. Vous l'aurez compris, le point de départ de la réflexion, c'est vous ! C'est à vous de déterminer les domaines d'activité qui vous intéressent, de trouver des passions. Aucune idée n'est mauvaise ou stupide. Pendant votre réflexion, pensez de manière large, sans contrainte de temps, d'argent ou de géographie.


Un fois votre vocation trouvée, vous devez pour certains, faire face à un autre défi : l'alternance.

La formation en alternance est comme vous le savez, un enseignement mélangeant pratique et théorie. Très prisée par les étudiants, l'alternance permet à l'apprenti de bénéficier à la fois d'un statut d'étudiant et de salarié, lui permettant ainsi, de percevoir entre 55 et 80% du SMIC (en fonction de son âge et de son niveau d'études). Mais, elle permet surtout d'avoir un retour immédiat sur son choix d'orientation, afin de s'assurer que son projet professionnel est bien en adéquation avec ses attentes et la réalité. Faire des études peut coûter cher en sachant que certaines institutions sont onéreuses. Le choix de l'alternance peut donc vite se révéler comme la solution appropriée et bénéfique. Il faut néanmoins trouver l'entreprise qui vous acceptera, ce qui est une autre affaire. Il n'y a pas de solution miracle. La motivation et la persévérance doivent être vos deux meilleures compagnons ! Vous n'avez rien à perdre, chaque profil est différent avec ses propres expériences et atouts. Postulez encore et encore jusqu'à ce qu'une entreprise vous ouvre sa porte en vous invitant à passer un entretien.


L'entretien, la dernière étape qui vous sépare de votre objectif. L'étape tant redoutée par de nombreux candidats. Le stress vous gagne ? Ne paniquez pas ! Si vous êtes parvenus jusqu'à cette étape décisive, c'est que votre profil a su retenir l'attention du recruteur.

Des questions vous viennent à l'esprit ? Comment bien se préparer ? Comment se comporter face au recruteur ?


Ani, une jeune alternante en Ressources Humaines chez Engie va vous donner quelques conseils afin que vous puissiez affronter cette phase en toute sérénité et confiance.


Comment bien se préparer pour un entretien ?


Plus facile à dire qu'à faire ! Avant tout, pensez à ne pas stresser et à rester naturel ! Plus facile à dire que faire, je sais, mais n'oubliez pas que le recruteur est une personne comme vous et qu'il est déjà passé par la recherche d'emploi. 

Renseignez-vous bien sur l'entreprise : date de création, nombre de salariés, activité(s), dernières actualités.

Préparez bien votre trajet et anticipez d'éventuels retard (arriver 30 minutes en avance ne sert pas vraiment à grand chose, 10 minutes ou 15 c'est parfait).

Préparez des questions aussi, sur le poste, sur l'équipe, l'ambiance générale...

Quelles sont les erreurs à éviter (tenue vestimentaire, choses à ne pas dire, comportement à ne pas avoir...) ?


En tant que recruteur, voici une petite liste des erreurs que j'ai pu constater :

- Ne pas savoir à quel poste vous avez postulé : lorsque le recruteur vous appelle pour fixer un RDV, nous nous rendons rapidement compte si vous vous rappelez réellement de l'offre. 

Faites un tableau Excel avec le nom de l'entreprise et le lien du poste. 

Si vous n'êtes pas prêt, demandez à fixer un rendez-vous téléphonique. 


- La photo Snapchat sur le CV : il est important de rester professionnel. En parlant de photo, je trouve toujours cela bien quand c'est professionnel mais si vous n'êtes pas à l'aise à l'idée de poster une photo sur un CV, ne le faites pas. Ce n'est pas du tout obligatoire.

 

- L'utilisation du téléphone pendant l'entretien/le téléphone qui sonne : pensez à l'éteindre ou à le mettre sur silencieux. Si vous attendez un appel important, prévenez le recruteur, nous sommes humains avant tout et nous comprenons.


- Le retard ou l'absence à l'entretien sans avoir prévenu : si vous n'êtes pas/plus intéressés par le poste, un mail ne coûte rien et nous permet d'avancer. Idem, si vous êtes en retard, ce n'est pas très grave tant que vous prévenez. 


- La tenue non-professionnelle : on range ses tongs, ses baskets etc dans le placard. Pour les filles, le tailleur ou la jupe n'est pas obligatoire, une chemise simple, un blazer, des chaussures plates et un jean noir classe peuvent faire l'affaire. Pour les hommes, malheureusement, vous ne pouvez pas toujours déroger au costume/cravate.


Est-ce tabou de parler d’argent (comment aborder la question du salaire) ?


Il est tout à fait normal de vouloir savoir combien vous serez payés.

En général le recruteur vous en parlera directement et vous demandera une fourchette de salaire pour savoir s'ils peuvent s'aligner. 


Si le recruteur n'en parle pas, vous avez deux choix :

- en parler directement à l'entretien téléphonique : pour ne pas perdre de temps mais vous risquez de passer à côté d'une belle opportunité (l'entreprise pouvant débloquer des fonds si vous faites vraiment la différence)

- en parler lors du premier entretien physique mais vous risquez d'avoir perdu du temps 

Mais sachez qu'il n'y a rien de plus naturel. Si vous n'osez pas donner vos prétentions, vous pouvez aussi demander au recruteur/RH, quelle est la fourchette de salaire proposée.


Comment faire la différence pour se démarquer des autres ?


Restez naturel et montrez que vous vous êtes intéressés au poste, à l'entreprise. 

La plupart du temps et surtout pour les profils alternants/stagiaires ou junior, c'est votre personnalité qui primera avant vos compétences. 

N'hésitez pas à envoyer un mail de remerciement quelques heures ou un jour après l'entretien si le poste vous plait réellement (attention aux fautes d'orthographes). Cela montrera que vous avez bien compris les enjeux du poste et que le poste vous intéresse et rassurera ainsi le recruteur. De plus, cela peut être l'occasion de montrer votre niveau d'orthographe parfait (et oui, quelques fautes dans un CV ou la lettre de motivation, c'est très rédhibitoire). 

Comment réussir lors d’un entretien collectif ?


En tant que RH et en tant que candidate, je ne suis pas du tout fan des entretiens collectifs. 

Je comprends que cela peut s'avérer quelque peu stressant, encore plus que pour un entretien individuel, mais ne voyez pas les autres candidats comme des ennemis, cela ne vous mènera à rien et la plupart du temps, plusieurs postes sont à pourvoir. 

Demandez au recruteur si c'est un rendez-vous collectif mais les entretiens peuvent être individuels ou si c'est comme un "speed-meeting". Dans le premier cas, c'est plutôt rassurant.

Dans le second cas, apprenez à vous présentez rapidement, à poser des questions rapidement etc... Parce que ça va très vite !

Si des jeux de rôles, du travail en équipe est demandé, surtout soyez réactif, n'hésitez pas à exprimer vos points de vues (vous serez jugés sur cela également) et n'oubliez pas que vous êtes tous ici pour la même chose, soyez solidaire. 

Qu’attend le recruteur lors d’un entretien ?


Le but de l'entretien va être de savoir si vous êtes le bon profil pour le poste. 

Il attend de vous que vous montriez votre vrai visage, ne jouez pas de rôle puisque de toute façon, cela se verra ensuite pendant votre prise de poste. 

Soyez honnête : rien ne sert de mentir, sur vos compétences ou sur vos anciens postes. Le recruteur peut faire des prises de références (avec votre accord bien sûr). 

Restez poli, si le recruteur refuse votre candidature, ce n'est pas forcément à cause de vous. Donnez une bonne image, et si vous êtes un bon candidat, il pourra transférer votre CV à ses connaissances. 


La lettre de motivation est-elle vraiment importante ?

Personnellement, je ne lis jamais la lettre de motivation par manque de temps sauf si, je vois sur le CV un changement de filière, de parcours. La lettre de motivation me servira donc à comprendre le parcours de la personne. 

Justement, il y a quelques jours, je parlais de cela avec une collègue RH, et elle lisait les lettres de motivations, afin de pouvoir distinguer deux profils ressemblants. 

Donc, même si c'est long à faire, prenez du temps pour la lettre de motivation car vous ne savez pas sur quel type de RH votre candidature ira. 


À vos stylos !




55 vues
  • Instagram
  • LinkedIn Social Icône

Copyright © 2018-2020 Whosbasma: Tous droits réservés - Mention légale - Politique de confidentialité